Amicale-Généalogie

Page d'accueil                               Page précédente

AG

Une Equipe
au service
du Généalogiste Amateur

La Petite Gazette Généalogique

 

Histoire du château de Neuvic

Amicale Genealogie Chateau de Neuvic

La lutte pour la possession du château après Coutras.


Henri IV donne le château à Bertrand de Mellet et à ses descendants. 

Blason Mellet-Fayolle


L’héritier légitime est François de Fayolle, seigneur de Mellet, partisan de la ligue.

Mais après la bataille de Coutras, Henri vicomte de Turenne, en profite pour déposséder de la seigneurie l’héritier légitime au profit de Bertrand de Mellet seigneur de Fouilloux qui se fit tuer 2 ans plus tard à la tête de son nouveau régiment au siège de Villebois (décembre 1589).

Mais après la bataille de Coutras, Henri vicomte de Turenne, en profite pour déposséder de la seigneurie l’héritier légitime au profit de Bertrand de Mellet seigneur de Fouilloux qui se fit tuer 2 ans plus tard à la tête de son nouveau régiment au siège de Villebois (décembre 1589).

 Cet acte d’autorité provoque la colère de François de Fayolle, seigneur de Mellet et de Lenclave, qui se rend maître du château et en perçoit les revenus au détriment de sa belle sœur Françoise de la Rochefoucauld et de sa famille.

 Celle ci adresse une plainte à Henri IV qui la rétablit dans ses droits et donne le 11 novembre 1593 au sénéchal du Périgord l’ordre de faire exécuter l’arrêt du Conseil rendu en faveur de la demanderesse. Le sieur de Lenclave doit vider les lieux et restituer les fruits perçus. Le château est placé sous la garde du capitaine de Grignols et de tout autre à la convenance de Françoise de la Rochefoucauld.

 Le meurtre du jeudi saint 1657.

Ce n’est qu’en 1657 que l’autre branche de la famille pourra assouvir sa vengeance alors que le château est propriété de Charlotte de Mellet de Fayolle fille de Bertrand et Françoise de la Rochefoucauld.

François de Mellet s’est marié deux fois ; de sa seconde femme Antoinette Picot (1578) il eut un fils Philippe et deux filles.

L’une d’elles épousa François Grimoard, seigneur de Frateaux et vassal de Neuvic (4 août 1609).

Philippe son fils aîné épousa Marguerite d’Abzac de la Douze le 1er juillet 1618 qui lui donna cinq garçons et cinq filles.

Philippe II son fils cadet né en 1624 fut d’abord seigneur de Puy de Pont et maintenu dans noblesse en 1662. Il épousa le 26 avril 1683 Louise de Taillefer de Mauriac dont il eut six enfants.

 Les deux Philippe, Marguerite et leur gendre François vont perpétrer dans la nuit du jeudi saint 1657 le meurtre de Charlotte de Mellet de Fayolle.

La malheureuse est assommée, traînée sous la façade du château faisant face à l’Isle, jetée dans le lit de la rivière basse à l’époque et ensevelie sous les graviers.

Cet horrible crime aurait dû entraîner l’exécution des coupables et de leurs complices mais on peut penser que cela leur fut épargné car en 1673, Philippe était en procès avec Jean de Grimoard seigneur de Frateaux (fief de Neuvic) et qu’il mourut le 20 août 1679 et sa femme le 9 juin 1703.

Pourtant les héritiers frustrés de Charlotte avaient obtenu le 22 mai 1658, un arrêt du parlement de Toulouse faisant confiscation du château à la branche adverse et la condamnation à mort de Philippe instigateur principal. Ses complices avaient été condamnés à être mis en croix et à avoir les membres brisés par le bourreau de Toulouse.

Leur succession fut assurée par leurs enfants Antoine- Joseph et Henri de Mellet de Fayolle.

Antoine-Joseph et Henri de Mellet de Fayolle :

Antoine Joseph répudia la succession paternelle et s’en tint à la donation contractuelle (1691).

 De son temps Neuvic fut l’objet d’une saisie féodale (26 janvier 1689) ordonnée faute d’hommage au roi.

On le soupçonna d’avoir trempé dans une affaire de fausse monnaie qui fit en 1712 l’objet d’un procès retentissant.

 Antoine-Joseph mourut célibataire à 70 ans le 6 septembre 1736.

 Henri de Fayolle de Mellet, son frère lui succéda dans la seigneurie de Neuvic.
Capitaine dans le régiment royal du Poitou, il reçut la croix de Saint-Louis.
Il se fit rendre hommage par ses vassaux de la
Renaudie et du Repaire du Pont.

Le 31 décembre 1718, à 44 ans, il épousa une enfant de 12 ans Charlotte de Bertin, ce qui le fit devenir beau-frère du ministre et secrétaire d’état de Louis XV, mais aussi de Louis-Mathieu marquis de Frateaux qui mourut à la Bastille en 1779 soupçonné d’avoir empoisonné son père.

Henri de Mellet mourut à Neuvic le 26 novembre 1763.

 

A suivre...

Jean Pierre

Pour en savoir plus    
Le Château de Neuvic

 © 2001 - Amicale-Généalogie