Amicale-Généalogie

 

Page d'accueil                          Page précédente

AG

Une Equipe
au service
du Généalogiste Amateur

La Petite Gazette Généalogique

 

Peau ! Peau de Lapin… !

 

Alors "Papé " raconte nous le marchand de peaux de lapins..

Assis en rond autour de l’aïeul, les petits attendent, les yeux brillants…

Et lui, d’une voix basse et monocorde commence à égrener le chapelet de ses souvenirs, s’arrêtant parfois, comme suspendu au temps qui passe... Et puis il se décide, s’éclaircit bruyamment la gorge…

"C’était il y a bien longtemps.. Nous étions nombreux alors dans le village, et le travail était dur... Tout se faisait à la main, les foins, les semailles, les vendanges, le bois, la lessive des femmes…

Parle nous du marchand de peaux de lapins…

"Le dernier que j’ai connu, c’était dans les années cinquante, soixante… J’étais jeune alors, et dans la pleine force de l’âge..

Un beau matin, depuis le fond du village, on entendait une grosse voix qui criait… " Peau ! Peau de lapins ! Peau... ! " .

C’était le Louis, un petit homme à la barbe aussi longue que ses cheveux.. Il portait un grand sac... Il s’arrêtait devant chaque porte...

-Alors c’est t-y que vous avez pensé à moi..

- Mais oui Louis, mais oui..

Et la maîtresse de maison partait vers la grange et en ressortait presque aussitôt, les bras chargés de peaux de lapins...

Mais d’où elles venaient ces peaux ?

C’étaient les peaux des lapins qu’elle avait tués. Car voyez vous, à cette époque, on n’achetait pas les lapins au super marché, on les élevait..

Et le marchand de peaux de lapins, alors, pourquoi il passait ?

Les gens faisaient sécher les peaux de lapins. Pour cela , ils les retournaient, poils en dedans, bourrées de paille ou de foin et les suspendaient à une poutre ...

Quand elles étaient sèches, alors le marchand passait.. Et on les lui vendait pour quelques sous... puis on lui offrait un verre de vin ou on l’invitait à déjeuner, ou à dîner.

Et qu’est ce qu’il en faisait ?

Il les vendait à un marchand qui lui même les revendait à un tanneur. Elles servaient ensuite à faire des manteaux, des vestes, des bonnets en peau de lapin… Les plus recherchées étaient les blanches, les plus jolies...

Papé et le chasseur de vipères alors ?

Ce sera pour une autre fois.., une autre fois...

Jean-Pierre 

 © 2001 - Amicale-Généalogie