Amicale-Généalogie

 

Page d'accueil                          Page précédente

AG

Une Equipe
au service
du Généalogiste Amateur

Une page d'Histoire

Les aventures du calendrier

De tout temps, les hommes ont eu la nécessité de se donner des repères, un point de départ.

Les Aztèques, les Chinois, les Egyptiens les Grecs et bien sur les Romains ont eut leur calendrier.

Le nôtre débute avec celui des Romains. Son point de départ se confondait avec la création de Rome par Remus et Romulus. Malgré les savants calculs des Astrologues, un décalage important entre le calendrier officiel et celui de la nature fit que, quel-
ques siècles plus tard, le printemps tombait en hiver !

Jules César, conscient de cette anomalie demanda à son plus célèbre astronome et philosophe, Sosigène, de revoir ce problème. Celui-ci décida que l'année en cours aurait 455 jours et les suivantes 365 avec tous les 4 ans un doublement du 6ème jour précédent les ides de Mars, d'où le nom "bissextile".  Le calendrier Julien était né.

Mille cinq cents ans après, le Pape Gregoire XIII constatât que chaque année du calendrier Julien était en avance de onze minutes. Négligeables sur une année, elles représentaient au bout de 15 siècles une différence de 10 jours.

Il fallait donc "couper" ces 10 jours de l'année en cours et rétablir un nouveau calcul.

Il décida donc que le lendemain du 4 octobre 1582 serait le 15 octobre 1582 (donc, amis généalogistes, si vous avez des ancêtres nés avant cette date, tenez-en compte !)

Là ne s'arrêtait pas le changement car le 4 octobre étant un dimanche, il fallait que le 15 fût un lundi !

Bon gré mal gré il fallait y passer. On décida également que pour ne pas de nouveau avoir ces 11 minutes de décalage, les années séculaires ne seraient bissextiles que si leur millésime était divisible par 4. Ainsi 1600, 2000, 2400 seraient bissextiles mais pas 1700, 1800, 1900, 2100 etc.

L'Espagne, le Portugal et les Etats d'Italie adoptèrent le même jour la réforme. Le roi de France, Henri III ne décida qu'un peu plus tard que le lendemain du dimanche 9 décembre serait le lundi 20 décembre.

Dans les Etats catholiques du Saint Empire germanique, Allemagne et Pays Bas ont opté pour que la nouvelle année commence le 1er janvier 1583, le 21 décembre 1582 fut donc le dernier jour de l'an. De ce fait la fête de Noël 1582 disparut aux oubliettes!

Dans les Etats Allemands protestants, la réforme du Pape Grégoire XIII fut rejetée sans appel en raison de leur opposition à Rome. Il fallut attendre le 13 septembre 1699 pour que, de mauvaise grâce, on adopte le nouveau rythme.

Les Eglises Orthodoxes, en rupture également avec Rome, furent encore plus résistantes puisque c'est seulement en 1923 qu'elles acceptèrent de rentrer dans le rang. La révolution d'octobre, en Russie, fêtée le 25 octobre, eu lieu le 7 novembre ailleurs dans le monde !

Mais les Anglais, me direz-vous ?

Bien entendu, ils firent preuve, à leur habitude, d'une singulière résistance puisqu'ils n'acceptèrent le changement qu'en 1752. Shakespeare et Cervantès moururent à la même date : le 23 avril 1616 mais pas le même jour ; Cervantès devançant son illustre compère de 10 jours !

Donc, exceptée la Russie, tout se passait au mieux, les jours, les mois, les années se suivaient au rythme des saisons quand un illuminé, Gilbert Romme, député de la Montagne, monte à la tribune le 20 septembre 1793 pour présenter un projet de réforme du calendrier. L'Etre Suprême ayant pris la place du ci-devant Jésus, il fallait démarrer une Ere nouvelle. En compagnie d'un poète farfelu, Fabre d'Eglantine, Romme fait adopter le calendrier Républicain. (ces deux "génies" furent guillotinés plus tard)

Ce calendrier part de la fondation de la République le 22 septembre 1792 et coïncide par hasard avec l'équinoxe d'automne. (l'an 1 n'a donc pas existé puisque nous sommes en 1793)

Il comporte douze mois égaux de trente jours chacun, auxquels il faut ajouter cinq jours les "sans-culottides" qui servaient à célébrer les fêtes de La Vertu, le Génie, le Travail, l'Opinion et les Récompenses.

La semaine était de dix jours (décade) le nom des mois est bien connu des généalogistes, qui souvent s'y perdent !   Vendémiaire, Brumaire, Frimaire, Nivôse, Pluviôse, Ventôse, Germinal, Floréal, Prairial, Messidor, Thermidor et Fructidor .

En 1802 Napoléon, après avoir rétabli la liberté du culte, supprime le décadi et rétabli le dimanche. Mais ce ne fut que le 1er janvier 1806 (11 nivôse an 14) que ce calendrier sera définitivement aboli. Il est vrai de dire que, dans les faits, le calendrier Grégorien avait déjà repris du service depuis plusieurs années.

Il est curieux de constater que Staline le 1er octobre 1929 supprimait le samedi et le dimanche et instaurait la semaine de 5 jours, six semaines par mois douze mois de 30 jours plus 5 jours fériés. Mais cette nouveauté ne dura pas très longtemps.

Je ne parlerais pas du calendrier islamique qui fait débuter son ère le jour de l'Hégire en 622 ni de celui des chinois beaucoup plus ancien car je m'y perds!

Daniel Dumetz

Auteur - 2001 - Amicale-Généalogie

Grégoire XIII

Ugo Boncompagni
Bologne 1502 - Rome 1585
Pape 1572 à 1585

********

Il  mit en application les décrets réformateurs de Trente, favorisa l'expansion des jésuites, renforça les pouvoirs de l'Inquisition et donna une édition du "Corpus juris canonici" (1582).
Son nom est resté attaché à la réforme du calendrier (1582)

Sources : Larousse

Auteur - 2001 - Amicale-Généalogie

 

 

 

 

 

Calendrier

Du latin calendarium ; de calendea, calendes

********

Système élaboré par les hommes pour recenser de façon logique les jours, les semaines, les mois et les années en restant en accord avec les principaux phénomènes astronomiques directement observables, concernant essentiellement la position du Soleil et éventuellement celle de la Lune.
  • Le calendrier julien a été établi en 46 avant Jésus-Christ par Jules César, sur les conseils de l'astronome Sosigène, pour remplacer le système employé à Rome et tombé dans un désordre extraordinaire. L'institution d'une année bissextile sur quatre portait la moyenne de l'année julienne à 365,25 jours. La réforme grégorienne devait réduire sensiblement l'écart avec l'année tropique
  • Le calendrier ecclésiastique ou litturgique, employé au Moyen Age concurrement avec le calendrier julien comporte des calculs compliqués (comput ecclésiastique), dont le but essentiel était la fixation de la date de Pâques, déterminée suivant les règles établies par le concile de Nicée en 325, et encore en usage de nos jours
  • Le calendrier grégorien, notre calendrier actuel a été établi par le Pape Grégoire XIII en 1582. C'était le calendrier Julien (années bissextiles avec millésime divisible par 4) dans lequel les années séculaires ne sont plus bissextiles, sauf si le nombre de siècles est divisible par 4. L'écart de l'année grégorienne avec l'année tropique, soit 0,000 3 jour est pratiquement négligeable. Pour maintenir les saisons aux mêmes dates qu'en 325 (conciles de Nicée), il fut décidé que le lendemain du 4 octobre 1582 serait le 15 octobre. Le calendrier grégorien prend de plus en plus d'extention ; les calendriers anciens ne subsitent guère que pour les usages lithurgiques de certaines civilisations.

Sources : Larousse

Haut de page

Auteur - 2001 - Amicale-Généalogie