Amicale-Généalogie

Page d'accueil                                Page précédente

Blason5.jpg (5908 octets)

Une Equipe
au service
du Généalogiste Amateur

La Petite Gazette Généalogique

 

Une page d'Histoire

 

Le siège de La Rochelle
Août 1627 - octobre 1628 

Rapidement, le règne de Louis XIII, secondé par Richelieu, 
s'axe vers une lutte sans merci contre les protestants 
qui, avec l'établissement de l'édit de Nantes avaient obtenus certains privilèges jugés à juste titre dangereux pour l'Etat

Les "places de sûreté" octroyées par Henri IV 
aux protestants, sont devenues de véritables 
états dans l'Etat
c'est en particulier le cas de la place de La Rochelle

 

 

 Louis XIII décide donc d'entreprendre le siège de ce port difficile à prendre, et que les anglais secourent et ravitaillent par la mer. Deux ingénieurs, Métezeau et Thiriot, dirigent les travaux qui doivent conduire à isoler la ville de la mer par tous les moyens.
  Une tranchée de 12 kilomètres de long av isoler la ville des terres ; pour ce qui est du ravitaillement par mer, toujours possible grâce au débarquement des Anglais sur l'île de Ré, il est rendu difficile par la réalisation d'une digue longue de 1500 mètres, large de huit mètres, et dotée de nombreuses pièces d'artillerie, qui ferme le port.
  Le siège va durer 14 mois, et démontrer sa pleine efficacité. D'un côté, les Anglais, bien que dotés de 60 navires de guerre et de 40 navires de ravitaillement, ne parviennent pas à rompre les lignes implantées sur l'ordre de Richelieu qui, casqué et botté, fait office de Lieutenant général des armées.
  De l'autre côté, les Rochellais ne peuvent rien tenter. En 14 mois, la population va chuter de 27000 à 5000 individus. Tout le reste a été fauché par la famine, puis la maladie.
  La ville protestante va finalement capituler le 27 octobre. Six délégués demandent alors "un traité de paix" qui est refusé. La capitulation sera sans conditions. Le Cardinal et le Roi peuvent enfin pénétrer dans la place dont les rues sont envahies de cadavres que, faute de bras, il n'était plus possible d'enfouir. Dès le premier jour, le Monarque et son lieutenant général entendront la messe dans l'ancienne place de Sûreté.
  Plus tard, Louis XIII tentera de démontrer sa volonté de ne pas effectuer de persécutions religieuses. Il prouvera par l'édit d'Alès qu'il n'avait pas ruiné La Rochelle du fait des convictions religieuses de ses habitants, mais pour de simples motifs politiques et militaires. 

Ce tableau de Henri Motte, peint en 1881, et exposé au musée de La rochelle est fort en émotion. Devant des fortifications fermes et complexes à agencer, Richelieu, non moins ferme, fait face aux éléments déchaînés avec détermination.
  Rêve-t-il à l'avenir de la France ? Devant cette force accrue, en plein déchaînement des éléments, des navires Anglais s'agglutinent, menaçant, face aux ouvrage. Ils n'ébranlent en rien les convictions du Cardinal, devenu soudainement homme de guerre, et qui, au-delà du simple évènement, avec une grande sûreté de soi, songe, semble-t-il, à l'unité de la France


Richelieu pendant le siège de La Rochelle
 (Tableau de Henri Motte)

 
 

Amicale-Généalogie     

 

    

Haut de page

Source : Chronique de l'Histoire
(Le siège de La Rochelle par Gabriel Poussin)

 © 2001 - Amicale-Généalogie