Amicale-Généalogie

Page d'accueil                                Page précédente

AG

Une Equipe
au service
du Généalogiste Amateur

La Petite Gazette Généalogique

 

A la Une de nos Régions
Le XVIIéme siècle

SAINTONGE 6 Février 1625

ILE D'OLERON : Après avoir occupé l'île de Ré, le duc de Soubise s'empare de l'île d'Oléron à la tête d'une armée protestante levée en Poitou.


FRANCE 9 Février 1631

  Théophraste Renaudot décide de choisir un titre très simple pour son nouveau journal ce sera : "La Gazette ", afin disait-il " d'être plus connu du vulgaire avec lequel il fallait parler" . Une gazette était à la fois le nom d'une pièce de monnaie vénitienne et le prix de la première feuille périodique parue à Venise vers le milieu du XVIéme siècle.
  Le journal commençait par les nouvelles venant des pays les plus éloignés et finissait par celles de Paris.
  Voici les premières dépêches ayant paru dans le premier numéro de " La Gazette " :
  "Il est survenu dans Madrid un accident de feu qui a fort endommagé l'hôtel du Comte Olivarès et le Palais Royal…"
  "La ville d'Ulm a refusé ouvertement la contribution que le Commissaire Impérial lui demandait…"
  "Le roi de Perse continue toujours à faire une âpre guerre aux preneurs de tabac, qu'il fait suffoquer à la fumée."


PROVENCE 16 Février 1655

TOULON : Les consuls de la ville décident de faire édifier, pour l'entrée de leur hôtel de ville, un portail surmonté d'un balcon. C'est le projet du jeune marseillais Pierre Puget qui sera retenu : il offre de refaire toute la façade sud, projetant en particulier de soutenir le balcon par deux Atlantes.


AUVERGNE  4 Février 1666

CLERMONT : La ville a été condamnée à une journée de pénitence publique par les commissaires royaux du parlement de Paris, puis ces derniers ont regagné la capitale.
  La noblesse d'Auvergne après la Fronde, pratiquait le brigandage féodal, rançonnait et terrorisait la population. Le roi, bien décidé à rétablir son autorité dans cette province éloignée ouvrit les " Grands Jours d'Auvergne " le 28 septembre 1665. Certains aristocrates furent condamnés à mort par contumace, d'autres bannis à perpétuité et leurs biens confisqués. Plusieurs exécutions, comme celle de M. de la Mothe de Canillac, ont fortement impressionné la population. La plupart des nobles ont pris la fuite. Après la mise en tutelle des gouverneurs de province, la politique de la mise au pas de l'aristocratie se poursuit.


Evelyne                  

Sources : Chroniques de la France Editions Chroniques 1987

© - 2001 - 2004 - Amicale-Généalogie