Amicale-Généalogie

Page d'accueil                                Page précédente

AG

Une Equipe
au service
du Généalogiste Amateur

La Petite Gazette Généalogique

 

A la Une de nos Régions
Des origines au XVIIéme siècle

GASCOGNE  28 Février 1234 

LA REOLE / AGEN : Fin de la guerre du sel, Arnaud, l'évêque de Bazas, qui arbitre le conflit entre ces deux villes, annonce une limitation de la quantité de sel transporté par les navires agenais et une réduction des taxes perçues par les réolais. Cela faisait plusieurs mois que ce conflit perturbait le trafic du sel dont Agen, du fait de sa position sur la frontière Aquitaine, est la plaque tournante en Gascogne. Situés en aval les réolais jaloux s'étaient mis à imposer des péages exorbitants.
Par ce compromis l'évêque met un terme à cette guerre qui a fait de nombreuses victimes.


ROUERGUE 17 Février 1276

RODEZ : le cœur et le clocher de la cathédrale Notre-Dame s'effondrent au cours de la nuit


BOURGOGNE 14 Février 1318 

SENS : Les habitants de la ville votent la suppression de leur commune et décident de relever désormais directement de l'autorité royale.


NORMANDIE  24 Février 1382 

ROUEN : Toute la journée, Rouen a été livrée à la violence et au pillage. Ce qui n'était au départ qu'un coup de colère du petit peuple rouannais, a tourné à l'émeute sociale. A l'origine, une nouvelle taxe sur la vente des marchandises. En signe de protestation, ouvriers et marchands se sont dirigés sur l'hôtel de ville, appelant le reste de la population. Ils se sont donnés un chef Jean le Gras, un bourgeois célèbre pour son embonpoint. Improvisé "Roi de Rouen", il fut promené à travers la ville jusqu'à son trône, place du Vieux-Marché. Là, il abolit tous les impôts et confirma les privilèges de la ville. Mais très vite le climat allait changer. D'abord on relâchât les prisonniers de l'officialité. Puis la foule s'en prit à tous les riches de la ville. Le maire, Robert Deschamps, tentât d'intervenir, sa maison avait été envahie et saccagée et il n'a dû son salut qu'à la fuite. La nuit n'a pas calmée les esprits.


NORD  17 Février 1454

LILLE : Philippe le Bon offre un somptueux festin pour sceller son serment d'aller délivrer Constantinople occupée par les turcs. Les mets comblaient tant le plaisir des yeux, que celui du palais. Ainsi, d'un gigantesque pâté surgit un orchestre de vingt-huit musiciens, tandis qu'un éléphant richement paré était conduit autour de la salle. Mais le clou de la fête fut l'apparition d'un faisan vivant orné d'un collier de pierreries. Devant ce somptueux volatile le roi et les chevaliers ont fait la promesse, conformément à la tradition chevaleresque, d'aller secourir la chrétienté d'Orient et la libérer du joug des infidèles.


NORD   Février 1459

 LILLE : La coutume veut que l'on désigne chaque année à la fête de l'Epinette, un "Roi de l'Epinette" à qui revient la charge d'inviter chez lui tous les notables de la ville pour un somptueux repas. Cette année, le bourgeois désigné a refusé la distinction de peur de grever son budget. Il a préféré la prison. Il est vrai que cette royauté coûte cher. Certains rois en sont sortis ruinés, malgré les subventions accordées par les magistrats de la ville.


PAYS DE LOIRE  1er  Février 1470 

TOURS : Les tisserands italiens sont à la cour. Malgré son habituelle sobriété, le roi ne dédaigne pas les soieries qui font les beaux atours et dont se parent les gens d'Eglise. Jusqu'à ce jour on faisait venir la soie du Levant ou d'Italie. Devant le prix de ces étoffes, Louis XI a fait venir des fournisseurs à domicile. Les artisans viennent de Lyon et seront dispensés de l'impôt pour douze ans : une façon de les encourager à rester.


MIDI-PYRENEES 21 Février 1565 

TOULOUSE : Déclaration royale interdisant à quiconque d'accepter à son service un domestique s'il ne fournit pas un certificat de son ancien maître.


BOURBONNAIS 12 Février 1566

MOULINS : Afin de pacifier le royaume, publication d'une déclaration royale réitérant la défense du port d'armes à feu sous peine d'emprisonnement de corps et de confiscation de biens.


Haut de page                                                                                                                  Evelyne  

Sources : Chroniques de la France Editions Chroniques 1987

© - 2001 - Amicale-Généalogie