Amicale-Généalogie

 

Page d'accueil                          Page précédente

AG

Une Equipe
au service
du Généalogiste Amateur

La Petite Gazette Généalogique


Meilleurs Voeux pour 2002

 

Quelques annotations d’actes
relevées dans les registres paroissiaux
 

Pâlis (Aube)
1702 - Présentation d'une relique de Sainte Lucide dans l'église de Pâlis.

Le douzième jour de Novembre 1702 a été présentée publiquement dans l'église paroissiale de Saint Médard de Pâlis du Diocèse de Troyes par Maître Bernard Sarin prestre curé de ladite église, une relique scavoir un ossement de la cuisse de Sainte Lucide, martyre ... et reconnue et attestée par Monsieur François Vinot prestre docteur en théologie de la faculté de Paris, doyen et chanoine de l'église cathédrale de Troyes, official et vicaire général de Monseigneur l'evesque de Troyes, avec la permission d'exposer ladite relique publiquement à la vénération des fidèles dans ladite église, icelle relique donnée par le R. P. Jerothée de Balserin Capucin audit Bernard Sarin curé dudit Pâlis et icelle relique a été exposée par ledit sieur curé en ladite église durant la messe paroissiale et vespres à la vénération des fidèles et donnée par ledit sieur curé à ladite église paroissiale de Saint Médard de Pâlis, en foi de quoy nous habitants dudit Pâlis avons signé les jour et an cy-dessus.
B Sarin, Nicolas Siron, Berdillier, Joseph Siron, F Carré, Siret Siron 

vwvwvwv

   

Pâlis (Aube)
1704 - Translation de la relique de Sainte Lucide

Le vingt quatriesme de mois de janvier mil sept cent quatre, nous Bernard Sarin Prestre curé de l'église paroissiale de Pâlis et docteur es arts, avons fait la translation de la relique de Sainte Lucide, Vierge et Martyre, de la petite capse dans laquelle elle a été apportée de Rome dans une châsse  de bois donnée par nous à l'église de Pâlis pour ce sujet -cette relique est un os de la cuisse du corps de Sainte Lucide- cela durant la messe paroissiale et solennelle pendant laquelle a été faite la prédication en l'honneur de ladite Sainte Lucide par le R. P. Damien de Paris, Capucin et gardien des R. P. Capucins du couvent de Troyes. Présents Mtre Pierre Delutel curé de Mesnil St Loup, Mtre Nicolas Graffaut prestre curé de Planty, Mtre Bouchot chantre et chanoine de Villemaur et plusieurs autres personnes des lieux circonvoisins, avec les habitants et paroissiens dudit Pâlis quy en grand nombre ont communié ce jour-là, c'st ce qu'est de notoriété publique et ont signé avec nous, Mtre Anthoine lieutenant en la justice, Mtre Paul Berdillet procureur fiscal de Pâlis, Nicolas et Joseph Siron marguilliers en cette église dudit Pâlis, Blaise Fromont l'ainé, edme Lhuillier, Robert Vincent, Claude Fromon, François Leprin, Jean Pouard maître des petites écoles, Jacques Care l'aisné, Jacques Anthoine, tous habitants de Pâlis et présents à ladite cérémonie

vwvwvwv

capse = boîte Amicale-Généalogie

 © 2002 - Amicale-Généalogie

 

   

 

 


Capucins

L'ordre des Capucins ainsi nommés à cause de leur capuce (capuchon pointu) de grosse étoffe marron qui était avec la nudité de leurs pieds le trait distinctif de leur costume, fut fondé en 1529 par l'italien Matteo Bashi et introduit en France vers 1572. Leur voeu de pauvreté était absolu. Ils ne pouvaient rien posséder ni en particulier ni en corps. De tous les ordres mendiant ce fut le plus populaire à cause de sa manière familière de prêcher sur les places, dans les halles et parce qu'il se mêlait volontiers à la vie du peuple.

Haut de page

vwvwvwv

Source : Dictionnaire des
Institutions de la France XVII
et XVIIIè siècle

 

 

 


Les petites écoles

Il y avait une école à Pâlis dès le 17ème siècle.
De nombreux documents prouvent l'existence d'un grand nombre de petites écoles.
Il est du devoir des curés de prendre soin de l'instruction des enfants de leur paroisse et de leur apprendre non seulement les points fondamentaux de la foi, mais encore, autant qu'il peut se faire, à lire et à écrire afin qu'ils soient en état de chanter les louanges de Dieu...

C'est pourquoi nous leur enjoignons de tenir eux mêmes ou de faire tenir de petites écoles. (1682)

Haut de page

vwvwvwv

Source : Dictionnaire des
Institutions de la France XVII
et XVIIIè siècle